Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Comparaison avec la population nationale (France)

la rédaction de Néorestauration
Dans le questionnaire proposé aux Internautes français (15 ans et plus), trois questions sont, à dessein, identiques (ou proches pour la première) à celles posées dans l'enquête ONIVINS de mars-avril 2000 auprès de la population française de 15 ans et plu

La proportion de consommateurs de vin est supérieure chez les Internautes 

La proportion d'Internautes (15 ans et plus) déclarant consommer du vin, au moins occasionnellement, est de 92%, contre seulement 64% dans l'ensemble de la population française de 15 ans et plus (enquête ONIVINS). Ces pourcentages ne peuvent cependant pas être comparés directement, car les cinq modalités de la question sur la fréquence de consommation ne sont pas totalement identiques dans les deux enquêtes : 

. « tous les jours ou presque ; une à deux fois par semaine ; une à deux fois par mois ; plus rarement ; jamais » dans l’enquête VINEXPO auprès des Internautes ; 

. « tous les jours ; presque tous les jours ; une à deux fois par semaine ; plus rarement ; jamais » dans l’enquête ONIVINS auprès des Français. 

L’échelle de modalités ONIVINS tend à accroître la proportion de « non consommateurs absolus », car une partie de ceux qui consomment du vin très peu fréquemment choisit la modalité « jamais ». Ils sont en tout cas plus nombreux que dans la formulation utilisée dans l’enquête VINEXPO, qui prévoit une modalité « une à deux fois par mois ». Cette hypothèse est confirmée par le fait que les « non consommateurs » au sens de l’ONIVINS représentent en réalité environ 1% de la consommation totale. 

Il est évidemment impossible d’estimer avec précision l’écart lié aux formulations légèrement différentes entre les deux enquêtes. On peut cependant affirmer qu’il n’explique pas la différence de 29% entre les proportions de non consommateurs. Les différences d’attitudes décrites pages suivantes (goût du vin plus affirmé chez les Internautes, moindre préférence pour les autres boissons, association plus forte du vin avec les repas quotidiens, image plus répandue d’un produit bon pour la santé…) vont toutes dans le sens d’une plus forte consommation (au moins en fréquence) chez les Internautes que dans l’ensemble de la population française. 

Les Internautes Français sont plus nombreux à apprécier le goût du vin que les Français en général 

83% des Internautes se disent d'accord avec l'affirmation "j'aime le goût du vin", contre 60% seulement de l'ensemble des Français. Une partie de cet écart s'explique par la proportion d'hommes, supérieure chez les Internautes (60% contre 52% dans la population totale). Les hommes sont en effet plus nombreux à aimer le vin : 88% contre 76% des femmes parmi les Internautes; 72% contre 50% dans l'ensemble de la population. Une autre explication est que les Internautes ont un pouvoir d'achat plus élevé et que c'est parmi les catégories les plus aisées que l'on trouve la plus forte proportion d'amateurs de vin. 

Les deux populations considèrent le prix du vin comme abordable 

26% des Internautes sont d'accord avec l'affirmation "le vin, c'est pas cher", contre 24% de la population. L'opinion des hommes et des femmes est identique parmi les Internautes (25% dans les deux cas), alors qu'elle diffère dans l'ensemble de la population : 34% des hommes contre 28% des femmes. 

La préférence pour d'autres boissons est moins forte parmi les Internautes 

58% des Internautes sont d'accord avec l'affirmation "je préfère d'autres boissons au vin", contre 72% de l'ensemble de la population française. Là encore, la plus forte proportion de femmes dans la population française est une explication, car 81% d'entre elles disent préférer d'autres boissons, contre seulement 62% des hommes. Cette forte proportion de femmes fait plus que compenser l'effet de l'âge (le goût pour les autres boissons est d'autant plus fort que l'on est jeune), sachant que les Internautes sont en moyenne plus jeunes que la population française. 

La grande majorité des deux échantillons (notamment des Internautes) considère le vin comme un produit moderne 

7% des Internautes et 10% de la population nationale sont d'accord avec l'affirmation "le vin, c'est ringard". Dans les deux cas, l'image d'un produit actuel est d'autant plus répandue que l'on est âgé. 

Les deux populations trouvent le choix des vins difficile 

76% des Internautes et 72% des Français en général sont d'accord avec l'affirmation "c'est difficile de choisir un vin". Dans le second cas, les femmes sont plus nombreuses à ressentir cette difficulté (76% contre 69%), alors que la proportion hommes / femmes est presque identique chez les Internautes (76% contre 77%). 

Pour les Internautes comme pour les Français, le vin n'est pas un produit désaltérant 

Seuls 12% des Internautes et 10% des Français sont d'accord avec l'affirmation "le vin, c'est désaltérant". Les différences selon le sexe et l'âge sont assez peu marquées dans les deux cas. 

Un Internaute sur quatre associe le vin aux repas contre un Français sur cinq 

26% des Internautes sont d'accord avec l'affirmation "je ne conçois pas un repas sans vin" contre 21% des Français, ce qui implique que le vin a de moins en moins sa place dans l'alimentation quotidienne. L'écart observé entre les deux échantillons peut s'expliquer par la plus grande proximité des réponses entre hommes et femmes chez les Internautes (31% des hommes, 19% des femmes) que dans l'échantillon national (31% des hommes contre 13% des femmes). 

Une autre question confirme le caractère souvent exceptionnel et festif de la consommation de vin. 63% des Internautes et 61% des Français se disent d'accord avec l'affirmation "je réserve ma consommation de vin pour les grandes occasions". Dans les deux cas, la proportion de réponses favorables s'accroît avec l'âge. Dans les deux cas, elle est pratiquement identique entre les hommes et les femmes (les réponses concernent en fait les habitudes en vigueur au foyer). 

Les Internautes sont encore plus convaincus que les autres que le vin est bon pour la santé 

70% des Internautes et 64% des Français sont d'accord avec l'affirmation "Le vin, c'est bon pour la santé". Dans les deux cas, ce sont les hommes qui sont les plus convaincus : 76% contre 63% des femmes chez les Internautes; 70% contre 58% dans la population nationale. L'accord augmente avec l'âge dans les deux cas. L'assentiment des jeunes est cependant plus fort parmi les Internautes (70% des moins de 25 ans) que dans l'ensemble de la population. 

Une autre affirmation, "le vin m'est déconseillé par mon médecin" confirme le résultat précédent, avec 11% des Internautes et 10% des Français d'accord. 

Un tiers des Internautes est prêt à acheter du vin sur Internet, contre une proportion beaucoup plus faible des Français On n'est évidemment pas surpris que la proportion d'Internautes ayant acheté du vin sur Internet (5%) soit supérieure à celle de l'ensemble de la population, constituée pour une grande majorité de personnes non connectées à Internet, que ce soit à domicile ou sur le lieu de travail. On constate cependant que la proportion de personnes qui envisageaient un achat à l'avenir était très inférieure parmi les personnes connectées en avril-mai 2000 (date de l'enquête ONIVINS) que dans l'enquête VINEXPO d'avril 2001. Ceci indique que les perspectives sont plutôt favorables pour les prochaines années. 

En résumé, les Internautes sont globalement plus intéressés par le vin que l'ensemble de la population 

Les écarts mesurés entre les deux échantillons montrent que les Internautes ont une perception plutôt plus favorable du vin que la population française dans son ensemble. Ils sont d'abord plus fréquemment consommateurs de vin, même s'il s'agit le plus souvent d'une consommation occasionnelle (moins d'une fois par semaine dans la moitié des cas). Surtout, ils déclarent à une très forte majorité apprécier le goût du vin. C'est sans doute ce qui explique qu'ils sont aussi un peu plus nombreux à considérer le vin comme un produit moderne. Une des raisons de sa modernité est sans doute qu'il est particulièrement perçu comme "bon pour la santé" par des Internautes qui sont souvent soucieux de la dimension nutritionnelle de leur alimentation. Dans le même esprit, ils sont aussi moins nombreux à dire préférer d'autres boissons. 

Ces résultats sont d'autant plus intéressants, et pour certains d'entre eux surprenants, qu’il faut rappeler que la population internaute est globalement plus jeune que la population française dans son ensemble. Or, on sait que les jeunes sont moins attirés par le vin que les personnes plus âgées, de sorte qu’on aurait pu s’attendre à un moindre intérêt pour le vin chez les Internautes. Mais cette caractéristique de l'échantillon est compensée par le fait qu'on trouve une plus forte proportion d'hommes parmi les Internautes que dans la population globale, ceux-ci étant plus attirés par le vin que les femmes. L'autre explication tient au fait que les revenus des Internautes sont en moyenne plus élevés que ceux de la population nationale, et l’on sait par ailleurs que les achats de vin évoluent dans le même sens que le pouvoir d’achat. 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Exigences du mieux-manger : comment innover et développer vos offres

Nous vous recommandons

Kawa Stout, la combinaison de la bière craft et du café

Kawa Stout, la combinaison de la bière craft et du café

Sur un segment café qui n’a de cesse de diversifier sa proposition, notamment auprès des jeunes générations, Malongo & Blue Coast lancent Kawa Stout, une bière inédite à base de[…]

13/11/2019 | BièreCafé
Un Label Rouge renforcé sur les viandes de boeuf

Un Label Rouge renforcé sur les viandes de boeuf

Mourchevel, une station éphémère au sommet du Mont Valérien

Mourchevel, une station éphémère au sommet du Mont Valérien

 Bonduelle et Elior testent le premier robot à salades  en restauration collective

Bonduelle et Elior testent le premier robot à salades en restauration collective