Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Comment Sodexho compte améliorer ses résultats

La rédaction de Néorestauration

Sujets relatifs :

,

Accélération de la croissance interne, amélioration de la gestion opérationnelle, implantation des indicateurs de performance clé : Pierre Bellon a exposé, lors de l'assemblée générale mixte de son groupe, mardi 3 février, les trois leviers de progression des résultats de Sodexho Alliance, garants de sa valorisation boursière.

« Sodexho continuera-t-il, à l'avenir, à valoriser mon patrimoine investi dans la société? » Pierre Bellon, président directeur général de Sodexho Alliance, s'est posé la question que beaucoup d'actionnaires se posent sans doute depuis trois ans, date à partir de laquelle l'action Sodexho a commencé à sensiblement baisser, et ce de manière quasi continue. Sa valeur est en effet passée de près de 59 euros en juillet 2001, cours le plus haut, à moins de 19 euros en mars 2003, cours le plus bas, pour coter près de 24 euros début février 2004. Le fondateur du groupe s'est donc efforcé, dans son message, de rassurer ses actionnaires et de les conforter dans leur choix.

Pierre Bellon a tenu tout d'abord à rappeler que « les perspectives sont bonnes », et le potentiel de marché à conquérir « considérable » dans les activités et les pays où le groupe est implanté. Il a aussi défendu son modèle financier, qu'il considère « excellent ». Ce modèle est basé sur un choix d'activités de faible intensité capitalistique et dégageant une marge brute d'autofinancement élevé, permettant de financer la croissance et de limiter l'endettement. Le PDG a par ailleurs réaffirmé la « clarté » de la stratégie de développement du groupe. Elle repose (elle est parfois « mal comprise de la communauté financière », a-t-il admis) sur les activités « très complémentaires » de restauration et de services et d'émission de chèques et cartes de services. Et s'appuie aussi sur une implantation mondiale, tout particulièrement sur les marchés les plus peuplés et demain les plus riches (Chine, Inde, Russie, Brésil).

Le fondateur de Sodexho Alliance a voulu réaffirmer ensuite combien « les marges de progression des résultats (du groupe) sont importantes ». Comment les faire progresser? Par l'accélération de la croissance interne, tout d'abord, qui passerait notamment par une élévation du taux de fidélisation client de 93 à 95 % (taux déjà atteint en Amérique du Nord), par un élargissement de l'offre alimentaire, et par le développement d'autres services que la restauration.

Gestion prévisionnelle et nouvelle approche industrielle

Deuxième levier pour cette hausse des marges : la baisse relative des frais de structure, et l'amélioration du résultat brut d'exploitation, résultant d'une maîtrise accrue des frais de personnels et des coûts d'achats (notammant grâce à la gestion prévisionnelle). « Demain, a souligné Pierre Bellon, nous irons encore plus loin (que la réduction du nombre de produits de base, la limitation des ingrédients, la négociation directe avec l'industrie agroalimentaire, la négociation séparée des coûts de logistique) : les composants de nos menus seront fabriqués par des industriels ; il nous suffira de les assembler, de les réchauffer et de les servir ».

Troisième levier enfin, l'implantation des indicateurs de performance clés. Un tableau de bord mis au point par les directions de Sodexho et notamment celle du plan et du contrôle de gestion stratégique, permet de mesurer chaque trimestre les progrès du groupe, et d'exercer une veille concurrentielle.

1966-2006 : une date symbole pour la succession?

Enfin, Pierre Bellon a fait aussi du bon fonctionnement de la direction générale, un autre facteur de pérénnité et de valorisation. Il a rappelé les nominations clés de ces derniers mois, dont celles de Jean-Michel Dhenain et Michel Landel aux postes de directeur général délégué, en remplacement d'Albert Georges, qui a du démissionner pour des raisons de santé. Après avoir souligné aussi « l'efficacité » des structures en place, « l'honnêteté et l'intégrité (reconnues) » des dirigeants du groupe, Pierre Bellon s'est attardé sur sa propre succession, « question que tout le monde se pose ». Il a souligné qu' elle se préparait dans les meilleures conditions, selon deux scénarios. Un successeur est déjà désigné, s'il venait à disparaître ou à mettre un terme subitement à ses fonctions. Et par ailleurs, la DRH du groupe,  le comité de sélection et le conseil d'administration, qui ont travaillé sur  le choix d'Albert Georges puis de ses successeurs, préparent « de la même manière » l'étape suivante, celle de sa succession, « dans le calme, la sérénité et sans précipitation ».

A tout juste 74 ans (il est né un 24 janvier), et en pleine forme, Pierre Bellon n'a donné à aucun moment en tout cas le sentiment, lors de cette assemblée générale, qu'il quitterait ses fonctions de PDG dans les prochains mois. Par ailleurs, les actionnaires lui ont renouvelé son mandat d'administrateur pour trois ans, jusqu'au 31 août 2006. Or, c'est en 1966 que Pierre Bellon fonda son groupe à Marseille, il y aura donc quarante ans. Affectionnera-t-il cette date symbole, et partira-t-il alors? Lui seul, peut-être, le sait.

jfvuillerme@neorestauration.com

 

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quel modèle de restauration à l’horizon 2022

Nous vous recommandons

Le taux de TVA dans la restauration devrait se maintenir

Le taux de TVA dans la restauration devrait se maintenir

La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a affirmé mardi sur RMC que le taux réduit de TVA en restauration demeurerait inchangé, en dépit de l'abandon de certaines niches fiscales. Selon Christine Lagarde, ce[…]

Les MOF et le groupe Le Duff s'associent

Les MOF et le groupe Le Duff s'associent

Les revenus des salariés

Les revenus des salariés

Les jeunes diplômés aspirent à un juste équilibre vie privée-vie professionnelle

Les jeunes diplômés aspirent à un juste équilibre vie privée-vie professionnelle

Plus d'articles