Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Cojean a 18 ans, majeur et responsable

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Cojean a 18 ans, majeur et responsable

Avec ses trente-six restaurants (dont trois à Londres, et depuis peu, rue du Bac, à Paris), Cojean s’est toujours retrouvé à devancer le genre, innover, créer. C’est presque une obsession chez Cojean. Suivre le produit sur toute la ligne. Jouer le jeu des fruits certes, mais en acceptant les règles (mixés à la minute). Respecter l’environnement, certes, mais en allant jusqu’au bout… bénir le bio, d’accord, mais en ouvrant les frigos, les bons de commande, interroger chaque cageots, pour être dûment certifié (ecocert 2012). Café, fruits et légumes des jus et des soupes, céréales et légumineuses sont 100% bio (initié depuis 2009).

Ici, le poulet est français sans OGM (2011), les poissons issus de la pêche durable (2013), les oeufs de plein air (2015), les plats chauds végétaliens (2017). Et depuis 2019, eurêka, la menthe est enfin bio.

À noter : 52% des recettes sont à présent végétariennes.

 

             Redistribuer

 

Paradoxe du commerce, il faut souvent faire signe d’abondance, mais en revanche ne pas jeter à tour de bras. Et si c’est le cas, le faire en intelligence avec les associations (la Chorba, les Restos du Coeur, Emmaüs, Tibériades, Armée du Salut, Aurore…). Tous les soirs, 100% des invendus sont redistribués, via une entreprise sociale (linkee, à vélo) soit plus de 1 200 000 produits depuis 2010.

 

Trier

Lorsque l’on s’embarque dans un mouvement vertueux, on entre alors dans une logique implacable : faire bien, non, faire mieux, oui. Dès décembre 2019, tous les restaurants respectent le nouveau décret tri 5 flux (Cojean première marque de restauration rapide à satisfaire à 100% ces exigences) : une société effectue le tri manuel du carton-papier, plastique, verre, métal et bois. L’idée restant d’accomplir le cercle vertueux, adhérer au rPET (recyclage du polyéthylène téréphtalate) avec les pots à desserts, pots à salade, verres à jus. C’est aussi équilibrer la proportion de carton et de plastique, améliorer les scores : à date, 50% des emballages Cojean sont en carton, 46% en plastique et 4% en verre.

 

La prochaine étape initiée depuis 2010, c’est développer le réutilisable (porcelaine) et suggérer l’usage de son propre mug, set à couverts, sac en coton…

 

Les cibles restent : jeter le minimum, viser la neutralité plastique en équilibre du carton, ne jamais choisir la radicalité mais un juste milieu...

 

La certification B corp

 

Ce label n’est pas encore très connu, mais lorsque l’on se bat pour le décrocher, il y a de quoi en être fier. Depuis juin 2019, Cojean est certifié B corp, une première pour une entreprise de restauration rapide en France. Cela signifie que le label récompense les efforts notoires sur cinq domaines d’impact : gouvernance, collaborateurs, communautés, environnement et clients.

 

Ainsi, manger aujourd’hui (faire à manger) appartient à un véritable humanisme fonctionnant à la capillarité. Lorsque l’on fait du bien aux autres, lorsque l’on choisit bien ses carottes, il y a au terme de ce mouvement, une totale cohérence poursuivant son chemin : de la digestion, au bien-être en passant par la protection de la planète.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

Covid-19 : Just Eat investit 1 Million € dans un plan de solidarité pour soutenir les restaurateurs

Covid-19 : Just Eat investit 1 Million € dans un plan de solidarité pour soutenir les restaurateurs

  Pour faire face aux conséquences économiques et sociales liées à la pandémie de Covid-19, Just Eat France met en place un plan de solidarité pour soutenir ses restaurateurs partenaires, ses[…]

L'intérim, un soutien indispensable à la reprise économique

L'intérim, un soutien indispensable à la reprise économique

Les Bistrots, pas Parisiens mais Solidaires

Les Bistrots, pas Parisiens mais Solidaires

« On ne pourra s’en sortir qu’ensemble »

« On ne pourra s’en sortir qu’ensemble »

Plus d'articles