Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Christian Têtedoie livre les secrets du canard à rôtir

HÉLÈNE SUAUDEAU
Christian Têtedoie livre les secrets du canard à rôtir

©

Présent à la carte du Contretête, le bistrot haut de gamme ouvert à Lyon par le chef, le canard à rôtir réclame expérience et rigueur pour rester fondant.


Fin et goûteux, le canard à rôtir est un produit que l'on peut accommoder de multiples façons », déclare simplement l'étoilé Christian Têtedoie. Originaire de Loire-Atlantique, région d'élevage de prédilection du canard à rôtir, il est bien placé pour le savoir. Car si le produit trouve aussi un écho auprès de la clientèle, celle-ci se contente souvent de le consommer en découpes. « Lorsqu'on fait rôtir un canard entier, sa chair est nourrie par le corps durant la cuisson. En termes de saveur et de texture, cela devient quasiment un autre produit », explique le chef.

Le succès des recettes simples

Pour autant, peu de cuisiniers ont la maîtrise ou l'expérience de sa cuisson. « Il faut s'en occuper, l'arroser pour que sa peau soit bien colorée. À la sortie du four, je le laisse en repos sous un papier d'aluminium pour lui donner plus de fondant. Saisi en début de cuisson, il durcit un peu », confie Christian Têtedoie. Toute une alchimie !

Un seul canard de Barbarie permet de servir 6 à 8 personnes, soit 150 à 160 g par convive. Sachant que sa chair, très « serrée », est nourrissante. Au Contretête, on présente sur chaque assiette un morceau de cuisse et un morceau de suprême (filet), accompagnés, par exemple, de navets cuits dans la graisse de canard. On y sert aussi du canard à l'orange, qui a toujours beaucoup de succès. « Car dans la cuisine de maison, les gens recherchent des recettes simples. »

Mais le prix du canard à rôtir reste élevé : de 7,50 € à 12 €/kg. Trop cher pour être servi en entrée au bistrot, il est proposé en plat du jour toutes les quinzaines. Une canette de Bresse, plus tendre, ne s'achète pas à moins de 10 €/kg. L'hiver, le chef la réserve à son restaurant gastronomique Têtedoie, où il donne libre cours à sa créativité, comme dans sa recette de canette crème de céleri aux noix fraîches, cuisses confites et galettes de céleri pommes à la châtaigne.

LES DÉCLINAISONS

Civet de cuisses de canard Canard rôti aux navets Canard à l'orange Chaud froid de canette de Bresse, bouquet d'écrevisses, émulsion de foie gras

SES CONSEILS

Le rôti en 2 étapes Cuire 20 min à 240 °C (pour dorer la peau), puis 30 min à 160 °C. Laisser reposer 45 min dans un endroit chaud, sous une feuille d'aluminium. Le civet Faire sauter les découpes marinées, puis mouiller avec le vin de la marinade (ajouter autant d'eau que de vin pour que le ce dernier cuise longtemps). Faire cuire la viande 1 h 15. Laisser la sauce mijoter 2 à 3 heures sur le coin du fourneau. Lier au sang juste avant de servir.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
02 dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quel modèle de restauration à l’horizon 2022

Nous vous recommandons

« La bio, un avenir pour tous »

« La bio, un avenir pour tous »

    Les Editions du cherche midi publient  «La bio, un avenir pour tous» de Philippe Bramedie en librairie en septembre 2020 Cet ouvrage de Philippe Bramedie, fondateur de l'enseigne "Les Comptoirs de la[…]

28/09/2020 | bioLa restauration
Plan « France relance » :  une déception pour le secteur

Plan « France relance » : une déception pour le secteur

D’aucy foodservice une marque de coopérative au service des professionnels de la restauration

Publi-rédactionnel

D’aucy foodservice une marque de coopérative au service des professionnels de la restauration

Pour tout savoir sur le phénomène des dark kitchen

Pour tout savoir sur le phénomène des dark kitchen

Plus d'articles