Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

abonné

"C'est le style qui fait avancer la cuisine"

Propos recueillis par Patricia Cecconello

Sujets relatifs :

,

Jacques Gantié Editorialiste, responsable de la chronique littéraire et critique gastronomique à Nice-Matin, directeur du guide "Gantié" et auteur de "Saveurs des Terroirs de Provence" (Robert Laffont) et du "Mas des Langoustiers" (CD-Rom LDJ EDS).

© PHOTO GOLESI

Que recherchez-vous au restaurant ?

Qu'il s'agisse de petites ou de grandes adresses, je recherche l'inspiration créatrice, parce qu'elle est le véritable moteur d'une cuisine. Le conformisme ne m'intéresse pas et les gardiens du temple m'ennuient. Qui peut dire ce qu'est la vraie cuisine niçoise ou la vraie cuisine lyonnaise aujourd'hui ? Je suis pour l'ouverture et non pour le protectionnisme, ce qui ne signifie pas pour autant l'abandon de tout ancrage dans le terroir. Mais ce qui fait avancer la cuisine, c'est le style. Pour demeurer vivantes, les recettes classiques doivent être revisitées et réécrites.

Quelles sont les tables qui vous séduisent ?

Celles qui révèlent une véritable personnalité. Je trouve formidable, par exemple, le Chanteclerc à Nice où Alain Llorca, un véritable chercheur du Sud, se nourrit des influences des terroirs italiens et espagnols. J'apprécie, de même, le style juste et percutant de Bruno Cirino à l'Hostellerie Jérôme, ou encore la cuisine parfaite et tranchée de Jean-Marc Delacourt qui, après avoir dirigé les cuisines de la Chèvre d'Or, à Eze, vient d'ouvrir son restaurant, Parcours, à Falicon. Je trouve intéressante aussi une maison atypique telle que La Table de mon Moulin où Jean-Pierre Silva prépare, chaque jour, un menu du marché exceptionnel. Pas très loin de lui, le Clos Saint-Pierre propose, sous la houlette de Daniel Ettlinger, une cuisine du Sud qui n'a rien de caricatural.

Et à Paris, quelles sont vos adresses favorites ?

Ce sont aussi celles où l'ambiance et la cuisine sont à l'unisson, comme à La Régalade d'Yves Camdeborde, à La Cagouille de Gérard Allemandou et André Robert, ou encore au Fogon Saint-Julien d'Alberto Herraiz. Côté étoilés, je suis séduit par l'imagination d'Alain Dutournier, d'Alain Passard et d'Alain Ducasse. Ce dernier a, outre, le don de s'entourer de collaborateurs de grand talent, comme Franck Cerruti au Louis XV ou Didier Elena à l'Essex House.

Qu'est-ce qui vous irrite particulièrement ?

Le[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

DES ENFANTS INTERDITS DE PIZZA !

DES ENFANTS INTERDITS DE PIZZA !

01/05/2004 | Grain de sel
SAUVER VENISE

SAUVER VENISE

RELOOKONS LES VOITURIERS

RELOOKONS LES VOITURIERS

"J'aime la cuisine faite avec sincérité"

"J'aime la cuisine faite avec sincérité"

Plus d'articles