Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Baromètre de la Hotline "Solidarité entreprises Covid" au 15 avril 2020

ENCARNA BRAVO
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Baromètre de la Hotline

La question du financement est devenue la question la plus posée, devant le chômage partiel par les entreprises. Depuis le 23 mars, plus de 2 000 chefs d’entreprise ont fait appel au numéro vert gratuit 0800 942 564 mis en place par les administrateurs judiciaires et mandataires judiciaires, spécialistes de la prévention et du traitement des difficultés des entreprises, avec le Ministère des Finances et de l’Economie.

Les nouvelles statistiques montrent qu’à date, les entreprises sont de plus en plus à la recherche de sources de financement pour faire face à leurs difficultés de trésorerie : les questions les plus fréquentes tournent désormais autour du Fonds de solidarité, des prêts bancaires, BPI, PGE, et des reports de charges.

« Les entreprises cherchent principalement des sources de financement pour faire face à la crise actuelle. L'aide de 1 500€ du Fonds de solidarité demeure le sujet n°1 de questionnement des entreprises qui appellent, probablement car elle concerne les indépendants, les micro-entreprises et nombre de TPE, catégories qui font l’essentiel des appels au N° Vert.

 

Les sujets de financement (prêts bancaires, BPI, PGE) qui représentent 11,8% des questions et le report de charges (11,5% des questions) sont passés désormais devant la question du chômage partiel. Ce dernier sujet continue à susciter de nombreuses questions (11,4%) mais est moins évoqué qu’auparavant ce qui semblerait signifier qu’il est désormais mieux compris.

 

Les entreprises continuent à poser des questions sur les moyens de reporter les échéances à court terme comme le loyer, les charges (électricité et eau). Pour celles concernées, les échéances/dividendes de leur plan les préoccupent,  leur crainte demeure que le plan fasse l'objet d'une résolution si les conditions ne sont plus réunies. » explique Christophe Basse, Président du Conseil National des Administrateurs Judiciaires et Mandataires Judiciaires (CNAJMJ)

 

« On peut affirmer que tous les secteurs d’activité économique sont touchés par la crise actuelle.

Toutefois, certains secteurs semblent plus particulièrement impactés par les mesures de confinement, en premier lieu ceux de l'hôtellerie-restauration (22,7% des appels) et du commerce de détail (près de 16% des appels).

 

Les services à la personne (coiffeurs, salons de beauté, etc.), avec 9,1% des appels, sont également très en recherche d’informations sur les mesures d’aide, de même que le BTP (6,4% des appels), les artisans (4,3%) et les agences immobilières (3,2%) qui ont vu leur activité très fortement réduite pour ne pas dire réduite à néant.

 

Nous insistons également  lors de ces entretiens téléphoniques à ce que chacun ne suspende pas le règlement des factures de fournisseurs tant que cela reste possible, car il faut préserver les filières économiques... » explique Christophe Basse.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

Réouverture:  la FNB soulagée mais pas rassurée !

Réouverture: la FNB soulagée mais pas rassurée !

 La Fédération Nationale des Boissons salue les annonces faites hier par le Premier Ministre qui confirme la réouverture le 2 juin de nos cafés, hôtels, restaurants en zone verte,  la[…]

UMIH : La profession sort la tête de l’eau

UMIH : La profession sort la tête de l’eau

Les brasseurs français saluent les annonces de réouverture des CHR

Les brasseurs français saluent les annonces de réouverture des CHR

JAIMEMONRESTO.fr  évolue et monte en puissance

JAIMEMONRESTO.fr évolue et monte en puissance

Plus d'articles