Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Baisse de la TVA sur la restauration, Nicolas Sarkozy convoque des Etats généraux de la restauration

La rédaction de Néorestauration
Au lendemain de la réunion des chefs de gouvernements européens et du oui de l'Europe à un taux réduit de TVA sur la restauration, la profession était reçue ce matin à l'Elysée par Nicolas Sarkozy, accompagné de la ministre de l'Economie Christine Lagarde et du secrétaire d'Etat au commerce Hervé Novelli.
Au cours de cette rencontre de près de 45 mn qui réunissait l'Umih, le GNC, le Synhorcat et le SNRTC, le président de la République a souligné qu'il convoquerait, avant  la fin avril, des Etats généraux de la restauration. « Le message du chef de l'Etat a été clair : la profession doit arriver avec des engagements et des contreparties concrètes, a souligné Christine Pujol, présidente de l'Umih lors d'une conférence de presse organisée dans la foulée au siège du syndicat. Nicolas Sarkozy était tout à fait au courant de nos revendications, il nous a annoncé qu'il souhaitait que nous travaillions ensemble. Et c'est seulement avec des propositions claires en main, que le gouvernement se prononcera ensuite sur le taux définitif appliqué à la restauration et la date d'application ». Pour défendre ses positions l'Umih devrait d'ailleurs s'appuyer sur les conclusions d'un rapport remis dans deux semaines et commandé à l'Ifrap (Institut français pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques) chargé de chiffrer le coût réel pour l'Etat et les effets induits,de la baisse de la TVA à 5,5 % .

Si lors de cet échange aucun taux n'a été évoqué, a rappelé Christine Pujol, nous comptons bien défendre un taux de 5,5 %, le seul qui donnerait une marge de manœuvre pour agir en matière d'emploi, de salaire, d'investissement et de maitrise des prix. La veille Didier Chenet président du Synhorcat avait lui aussi assuré que ce taux de TVA réduit était bien celui de 5,5%. Et qu'il serait moteur pour l'économie à condition que le secteur ne soit pas d'avantage sinistré avant sa mise en application.

« Le président de la République a été très ouvert et s'est montré très bien informé sur le dossier tout comme ses conseillers et les ministres présents », explique à Néorestauration Jean-Pierre Chedal, président des restaurateurs au Synhorcat et présent à cette réunion. « Nous sommes satisfaits de voir que les demandes évoquées par Nicolas Sarkozy (les Etats généraux notamment) et proposées par le Synhorcat convergent. Reste maintenant à établir un calendrier de travail pour arriver à cette réunion prévue dans un mois et demi maximum, avec des engagements. Car il est clair que le gouvernement attend des contreparties. Un point de vue rappelé d'ailleurs sans détour en début d'après-midi par le porte-parole du gouvernement Luc Chatel : « le principe de baisse du taux de réduit de TVA est pris. En contrepartie, on demande des engagements, des garanties en citant notamment l'investissement, les salaires et les conditions des salariés ainsi que la facture, ce que paie le client". Propos relayés dans la foulée par Xavier Bertrand, secrétaire général de l'UMP qui s'est prononcé pour un taux de 5,5% de TVA pour la restauration, à la "condition" que la profession prenne des "engagements clairs", notamment en matière de création d'emplois et de salaires.
Il ne reste maintenant qu'à se mettre au travail.

 


Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Live et replay
CONGRÈS RHD

Quel modèle de restauration à l’horizon 2022

Nous vous recommandons

 Les discothèques : les sacrifiées du gouvernement

Les discothèques : les sacrifiées du gouvernement

Le Président de la République s'est exprimé lors de son allocution mardi 24 novembre au sujet de la sortie du confinement. Son entourage avait préalablement précisé, qu'il apporterait de la[…]

27/11/2020 | Café
Les restaurateurs unanimement plébiscités par les Français

Les restaurateurs unanimement plébiscités par les Français

  Brasseurs de France et FNB : « Notre filière est sacrifiée »

Brasseurs de France et FNB : « Notre filière est sacrifiée »

200 000 invitations au restaurant lancées par Boulanger et la Fondation Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France

200 000 invitations au restaurant lancées par Boulanger et la Fondation Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France

Plus d'articles