Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Avenance remporte le marché de la ville de Lyon

La rédaction de Néorestauration
La filiale enseignement du groupe Elior est de nouveau titulaire du contrat des repas scolaires. Un marché de 22,4 millions d'euros sur quatre ans.

La ville de Lyon a attribué à Avenance le marché d'exploitation et de gestion de la cuisine centrale municipale, destiné à la fourniture de repas dans ses écoles primaires publiques, celles-ci accueillant plus de 14 000 enfants chaque jour dans leurs restaurant scolaires. La municipalité avait défini trois critères d'attribution d'égale valeur : le prix, la qualité de la prestation, et la qualité de la maintenance.

Ce marché conclu pour 1 an, et renouvelable trois fois 1 an par tacite reconduction, fixe un prix unitaire du repas de 2,67 € TTC (TVA à 5,5%) sur la base de 2,1 millions de repas par an. En considérant ce volume, le montant total du marché s'élèverait pour la filiale d'Elior à 5,607 M€ par an TTC et à 22,428 M€ sur quatre ans.

Ce prix unitaire est en baisse de 17,8 % par rapport à celui fixé dans le marché précédent (3,25 €). La différence s'explique principalement, indique la ville, par le fait que ce prix  n'inclut plus, désormais, le coût du remboursement de la concession qu'elle avait contractée en 1987 auprès d'Hexagone (autre filiale d'Elior) afin d'assurer la construction et la maintenance de sa cuisine centrale, le traité de concession ayant pris fin en avril 2003.

Un prix unitaire en baisse mais incluant la maintenance

Etant devenue depuis cette date propriétaire de la cuisine centrale, la ville de Lyon a donc désormais la responsabilité de sa maintenance. Elle a toutefois considéré qu'elle n'avait pas les compétences requises au sein de ses services « en raison des spécificités techniques propres à ce type de structure ». Lyon a donc jugé préférable d'intégrer la maintenance des équipements techniques dans le marché de la restauration scolaire, limitée auparavant à la seule fabrication des repas.

Le prix unitaire de 2,67 € par repas intègre donc la maintenance des équipements techniques par Avenance. Cette extension du périmètre des prestations prévues dans le contrat explique pourquoi la ville a relancé un marché un an avant son terme théorique, le précédent ayant en effet été conclu en juillet 2002.

jfvuillerme@neorestauration.com

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
26 sep - Paris
La RHD à l’heure du Healthy

Quels leviers pour relever les défis du mieux-manger ?

05 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quelles solutions mettre en place pour la consommation de demain ?

Nous vous recommandons

Le taux de TVA dans la restauration devrait se maintenir

Le taux de TVA dans la restauration devrait se maintenir

La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a affirmé mardi sur RMC que le taux réduit de TVA en restauration demeurerait inchangé, en dépit de l'abandon de certaines niches fiscales. Selon Christine Lagarde, ce[…]

Les MOF et le groupe Le Duff s'associent

Les MOF et le groupe Le Duff s'associent

Les revenus des salariés

Les revenus des salariés

Les jeunes diplômés aspirent à un juste équilibre vie privée-vie professionnelle

Les jeunes diplômés aspirent à un juste équilibre vie privée-vie professionnelle

Plus d'articles