Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Apetito forme ses équipes à la bientraitance des personnes âgées

HÉLÈNE SUAUDEAU

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Apetito forme ses équipes à la bientraitance des personnes âgées

Apetito a mis en place une formation pour ses chefs gérants exerçant en maison de retraite. Objectif : mieux comprendre la personne âgée pour créer avec elle une relation adaptée à ses besoins et respectueuse de son autonomie.

Présenter un plateau de fromage à l'un de nos aînés sans lui laisser le choix, employer un langage qui l'infantilise et le dépersonnalise... Autant d'exemples qui montrent qu'involontairement ou inconsciemment, on manque parfois de respect envers les personnes âgées, faute de savoir s'adresser à elles, de connaître les gestes adaptés. Et pourtant, aucun module de formation n'existait sur le marché. Il y a dix ans, Hervé Attali, président du directoire d'Apetito France, a souhaité dépêcher chez ses clients des experts des métiers de la restauration. Il a créé, au niveau national, des directions de marché spécialisées par secteur : entreprises/administrations et enseignement, santé, liaison froide, portage de repas à domicile, et défense.

« Nous avons développé un savoir-faire plus ciblé en solutions de restauration. Très rapidement, nous nous sommes interrogés sur le

La fonction sociale du repas

« Les personnes âgées ont un rythme. Le repas, surtout celui de midi, constitue pour elles un temps fort. C'est un repère dans leur journée », explique Chantal Fievet, consultante formatrice. Au-delà de son rôle nourricier, il recouvre bien d'autres fonctions. Le bien-être physique lié au fait de s'alimenter se double, en déjeunant à table avec d'autres convives, d'un bien-être psychologique. Des notions de plaisir, de convivialité, de sociabilité sont en oeuvre.

« Cela donne à nos aînés le sentiment d'exister, d'être importants. » L'attention apportée par le personnel au moment du repas est une marque de respect. Titulaire d'un DU de gérontologie, cette ancienne infirmière parle d'expérience. « Poser un plateau devant une personne âgée sans penser qu'elle ne peut peut-être pas couper sa viande ou éplucher son fruit, c'est une forme de maltraitance. » Formant depuis plusieurs années le personnel des Ehpad à la bientraitance, elle a réfléchi avec Apetito à la conception d'un programme spécifique. L'objectif est de sensibiliser davantage les équipes aux besoins de leurs clients âgés et leur enseigner les comportements adaptés pour leur témoigner du respect.

 

savoir-être. » Autrement dit : comment se comporter lorsqu'il s'agit de sortir de la cuisine ? La réponse ne va pas de soi, surtout en Ehpad (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes). « Il a fallu construire un module de formation de toutes pièces, le tester, l'adapter. Il devait rester accessible à nos chefs cuisiniers gérants, tout en intégrant des prérogatives plus techniques », explique Hervé Attali, qui a fait appel à Chantal Fievet, psychothérapeute indépendante, consultante formatrice en gérontologie.

 

Une communication adaptée

 

L'enjeu était important. Car les chefs cuisiniers d'Apetito, mais aussi le personnel de service en salle, sont très présents au sein des établissements.

Les objectifs

  • Mieux comprendre les personnes âgées dans leurs évolutions physique et psychologique
  • Se former aux principaux gestes pratiques nécessaires à une prise en charge adaptée à leurs besoins
  • Apprendre à adopter une communication appropriée

 

Et s'ils n'ont pas vocation à se substituer aux soignants, ils doivent comprendre les difficultés et les besoins des personnes âgées sur les plans physique et psychique. Hervé Attali insiste sur un point clé : l'adoption d'un mode de communication approprié. Il faut regarder la personne dans les yeux, parler avec un timbre de voix assez élevé, sans susciter de réactions de peur. Pour sensibiliser les chefs, Chantal Fievet procède à des jeux de rôle. Deux participants - l'un les yeux bandés, l'autre dans l'impossibilité de parler - tentent de communiquer. La difficulté devient une évidence.

Le dressage de la table réclame aussi une attention particulière. Poser les couverts au bord, le verre à la portée du résident... : des exercices qui permettent d'identifier les gestes utiles pour prendre en compte les besoins et les aptitudes de la personne âgée.

 

La diversité des thématiques

 

S'il est impossible de tout aborder, chacun aura acquis quelques notions sur les mécanismes du vieillissement physique et psychologique, les besoins de la personne âgée, la différence entre dépendance et perte d'autonomie. « La loi sur l'autonomie, c'est-à-dire la faculté de décider par soi-même et pour soi-même, veut que la personne reste un sujet », explique Chantal Fievet. C'est d'ailleurs l'intitulé de la formation d'Apetito : « La personne âgée, un sujet qui nous tient à coeur ». « Quelle que soit sa dépendance, elle ne devient pas un objet. »

La bientraitance concerne l'ensemble du personnel. Parfois, un simple sourire lors du service à table peut aider la personne âgée.

Chantal Fievet, psychothérapeute, consultante formatrice en gérontologie

Les chefs de cuisine d'Apetito le savent déjà. Ils connaissent le nom, les goûts, le régime, les difficultés de chaque résident. « Ils échangent au quotidien avec le personnel soignant », souligne Olivier Raffoux, directeur de marché santé d'Apetito. Garants de la prestation, ils n'hésitent pas non plus à jouer un rôle de conseil auprès des aides-soignantes de l'établissement, quand ce sont elles qui assurent le service à table.

Les résultats

  • Une plus grande sensibilisation des chefs à l'attention particulière à apporter aux personnes âgées
  • La création d'un lien plus étroit entre l'équipe de cuisine et les résidents des Ehpad
  • Une intégration totale des cuisines à la vie des établissements

 

Pourtant, au sortir de la formation, « les participants sont surpris de la diversité des thématiques abordées, note Chantal Fievet. Certains ne pensaient pas être autant concernés. » Et les résultats sont là. Autant auprès des résidents qu'auprès des directeurs d'Ehpad, qui apprécient la réelle intégration des cuisines à la vie de la maison de retraite. « Dans ce domaine, la mesure de l'efficacité reste difficile », reconnaît Hervé Attali, qui envisage déjà une seconde session de formation pour consolider les acquis.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

[TABLE RONDE] La nécessaire prise en compte des biodéchets

Dossier

[TABLE RONDE] La nécessaire prise en compte des biodéchets

Pour trier et valoriser les déchets, des solutions se mettent en place, des filières se développent. Mieux vaut traiter ce problème aujourd'hui... Car dès le 1er janvier 2016, le seuil sera réduit[…]

13/11/2015 | Les solutionsDébat
Unilever Food Solutions Le gaspillage en question

Unilever Food Solutions Le gaspillage en question

La mallette des baristas experts

La mallette des baristas experts

Un autocuiseur tout en légèreté

Un autocuiseur tout en légèreté

Plus d'articles