Année chaotique pour le groupe Flo qui arrête le développement de Bistro Romain

La rédaction de Néorestauration
Le groupe de restauration qui vient de présenter ses résultats 2008, a pris de plein fouet la crise. Malgré un CA en progression de 2,5 % à 389,5 M€ (et 500 M€ en volume d'affaires sous enseigne), porté surtout par près de 45 ouvertures de restaurants dans l'année, l'activité a été fortement impactée en 2008 par la rupture de consommation.

A périmètre constant, l'activité est en recul de 4,6%. C'est le cas pour toutes les marques : Hippopotamus (193,7 M€ de CA) est en baisse de 1,5%, Bistro Romain (61,4 M€) de 9,6%, Tablapizza (18,7 M€) de 5,4%, les Brasseries (90,7 M€) de 5,8% et les concessions (26,2 M€) de 7,5%.
De fait, le compte de résultat affiche une perte de 38,4 M€ contre un bénéfice de 19 M€ en 2007. Un chiffre impacté également par la dépréciation dans les comptes de l'enseigne Bistro Romain dont le groupe a décidé d'arrêter le développement.  Dans les 24 prochains mois, des emplacements seront revendus ou changeront d'enseigne et passeront sous Hippo, Tablapizza ou Taverne de Maître Kanter.

A 32,5 M€ l'Ebitda a chuté de 29,3% et le résultat opérationnel à 14,4 M€ est en recul de 55,7%.
Dominique Giraudier s'est voulu rassurant « nous avons réduit la voilure et tenons la barre pour aborder cette tempête», a-t-il rappelé en soulignant que le groupe a pris un certains nombre de mesures commerciales, de fidélisation et d'organisation pour affronter ces difficultés conjoncturelles et repartir de plus bel au rebond du secteur. C'est en période de crise qu'on se réinvente ». D'ailleurs, le groupe a décidé de revoir ses effectifs pour les adapter à la nouvelle donne. Si le président du directoire a laissé entendre qu'il y aurait une réduction des effectifs en 2009 pour s'adapter, il a aussi rappelé que le modèle social allait basculer vers davantage de souplesse avec objectif de 30% de temps partiels (contre 10%) aujourd'hui.

Le groupe, qui ne versera pas de dividendes cette année, a engagé des négociations avec les banques pour réaménager ses conditions contractuelles. Elle devrait aussi soumettre à la prochaine assemblée générale des actionnaires, la modification du mode d'administration et de direction de la société par adoption de la forme de société anonyme à conseil d'administration.



Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

A mi-2022, plus d’inquiétudes que d’optimisme pour les indépendants

A mi-2022, plus d’inquiétudes que d’optimisme pour les indépendants

L’étau se resserre pour les indépendants. C’est en tous cas la tendance qui se dégage de la dernière enquête trimestrielle de la CPME, dont les résultats spécifiques aux 1414 entreprises de l’hôtellerie-restauration,...

Geranium au sommet du 50 Best

Geranium au sommet du 50 Best

Orus veut digitaliser l’assurance professionnelle des TPE et PME

Orus veut digitaliser l’assurance professionnelle des TPE et PME

Tribune de Fréderic Leclef, directeur général délégué de Lyf - Comment faire revenir les clients au restaurant ?

Tribune

Tribune de Fréderic Leclef, directeur général délégué de Lyf - Comment faire revenir les clients au restaurant ?

Plus d'articles