abonné

Angoulême : la périphérie en mouvement

Xavier Barbaux (Gira Sic Conseil)
Angoulême : la périphérie en mouvement

© SOURCES : INSEE, FRANCE TELECOM

Le transfert d'activités en périphérie de la cité charentaise entraîne avec lui un déplacement de la restauration au détriment du centre-ville, pénalisé par des problèmes de stationnement.

Petite par la taille mais célèbre par son rayonnement, Angoulême, connue pour ses différents festivals (Bande dessinée en janvier, Gastronomades en novembre, etc.) est édifiée sur un promontoire qui domine le fleuve Charente. Une disposition géographique particulière qui crée un fort clivage entre l'hypercentre et le reste de l'agglomération.

La ville est le berceau de l'industrie du papier et de l'imagerie, activités concentrées en centre-ville mais qui se développent petit à petit en périphérie, entraînant toute la restauration du déjeuner.

Les caractéristiques démographiques d'Angoulême laissent entrevoir, pour la restauration commerciale, deux clientèles distinctes en termes d'attentes. D'une part, une majorité de jeunes célibataires à faible pouvoir d'achat qui se montrent sensibles au ratio quantité/prix, à l'originalité du concept et à la personnalité du gérant. D'autre part, des seniors au fort pouvoir d'achat qui cherchent de l'attention, un cadre calme et une assiette plutôt traditionnelle.

La restauration commerciale, concentrée[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?