Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Acheteur, la pierre angulaire de la distribution

FLORENT BEURDELEY

Sujets relatifs :

, ,
Acheteur, la pierre angulaire de la distribution

© Transgourmet

Véritable spécialiste dans son domaine et parfait connaisseur de la RHD, l'acheteur a pour mission de négocier au mieux les prix pour le compte des distributeurs et des transformateurs.

Le métier d'acheteur s'est transformé ces dernières années. Cela se vérifie particulièrement lorsqu'on évoque la partie alimentaire en RHD. Multiplicité des fournisseurs, diversité de leur typologie, et, au final, des clients avec des spécificités propres : le métier d'acheteur pour le compte des distributeurs alimentaires doit tenir compte de toutes ces contraintes. Pour Philippe Caen, directeur des achats chez Brake France, « le métier d'acheteur est garant de la maîtrise d'achat et des coûts finaux complets. C'est un métier très transversal, beaucoup moins cloisonné qu'auparavant ».

 

La fonction achat peut s'organiser de deux manières différentes. « Soit on sépare, dans la centrale d'achat, la partie négociation de la partie category management, qui comprend notamment la gestion de l'offre et le développement des promotions, explique Laurent Cohen-Scali, chef de groupe frais chez Transgourmet. soit on décide de réunir les deux fonctions sur une seule et même personne. » La première organisation permet d'aller en profondeur du côté de la négociation et du côté de l'offre. Mais elle nécessite que le binôme fonctionne parfaitement. « Nous sommes finalement revenus à une organisation dans laquelle les deux fonctions sont regroupées, témoigne Laurent Cohen-Scali. Chez Transgourmet, il y a donc un seul référent par secteur. »

 

Autre son de cloche du côté de Brake France, où l'on raisonne par portefeuille de familles de produits, croisées avec des moments de consommation. Entrées fraîches et surgelées, par exemple, constituent un champ d'action déterminé. Pour quelques familles, comme l'épicerie ou la crèmerie, on ne tient pas compte du moment de consommation, « car, dans ce cas, c'est la technologie produit qui prime ».

 

Le sens du relationnel

 

Dans ce milieu de la RHD en perpétuel mouvement, où les relations humaines sont encore bien présentes, quelles sont les qualités d'un bon acheteur ? « Il faut savoir s'organiser, être curieux, persévérant, et avoir une bonne aisance relationnelle », note Philippe Caen. Et une forte capacité à s'adapter, car les interlocuteurs sont nombreux : industriels, commerciaux grands comptes, directeurs commerciaux de PME, voire dirigeants de PME. La fonction achat revêt plusieurs réalités, selon les produits ciblés : « On ne travaille pas de la même façon sur des produits bruts ou sur des produits élaborés, prévient Philippe Caen. Sur le brut, on travaille avec des contrats de campagne, qui impliquent de connaître parfaitement son marché de pêche ou de culture. On négocie des prix ou des conditions de stockage. Sur des produits élaborés, on fait plutôt de l'analyse de valeur, en décortiquant tous les coûts, en partant du principe que 50 % du prix produit est dû à la matière première qui le compose. »

 

En veille constante

 

Généralement, les acheteurs sont issus d'écoles de commerce, d'achat ou de marketing, avec un Bac + 5. Mais on rencontre aussi des profils d'ingénieurs agroalimentaires : « Ils ont une dimension produit à laquelle nous devons ajouter la touche négociation-achat », témoigne Philippe Caen.

 

Les missions de l'acheteur sont diverses. Il doit sélectionner les fournisseurs, négocier les contrats sur une catégorie de produits spécifiques, travailler en étroite collaboration avec les différents services de l'entreprise. « Il est au coeur de l'organisation de la société. Il doit répondre aux besoins définis par le marketing, tout en s'assurant de la faisabilité logistique avec la supply chain », reprend le directeur des achats. Laurent Cohen-Scali ajoute : « En RHD, il doit être en veille permanente, afin d'anticiper les évolutions rapides et constantes de ce marché. Il ne faut jamais oublier que nos clients sont avant tout des professionnels. »

 

Depuis quelques années, l'acheteur doit également intégrer la notion de circuit court et de filière locale. Les relations avec le terroir sont remises au goût du jour, ce qui a eu pour conséquence de modifier la fonction. « Les relations humaines ont toujours été plus importantes en RHD qu'en GMS, avec des attentions particulières portées au produit », assure Laurent Cohen-Scali.

 

« Le métier d'acheteur est garant de la maîtrise d'achat et des coûts finaux complets. C'est un métier très transversal, beaucoup moins cloisonné qu'auparavant. » Philippe Caen, directeur des achats chez Brake France

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
26 sep - Paris
La RHD à l’heure du Healthy

Quels leviers pour relever les défis du mieux-manger ?

05 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quelles solutions mettre en place pour la consommation de demain ?

Nous vous recommandons

 8 octobre:  retour de la Journée des Restaurateurs et Commerçants Indépendants

8 octobre: retour de la Journée des Restaurateurs et Commerçants Indépendants

Pour la 4ème année consécutive, METRO France met à l’honneur ses clients professionnels avec la Journée des Restaurateurs et Commerçants Indépendants, le mardi 8 octobre. Organisée[…]

La Maison David Davaine lance sa boutique de restauration rapide

La Maison David Davaine lance sa boutique de restauration rapide

 18 janvier: 1ère Journée Nationale des métiers de l’Hôtellerie, de la Restauration...

18 janvier: 1ère Journée Nationale des métiers de l’Hôtellerie, de la Restauration...

Rémy Coste : un MOF Boulanger en restauration rapide

Rémy Coste : un MOF Boulanger en restauration rapide

Plus d'articles