A mi-2022, plus d’inquiétudes que d’optimisme pour les indépendants

YANNICK NODIN
A mi-2022, plus d’inquiétudes que d’optimisme pour les indépendants

L’étau se resserre pour les indépendants. C’est en tous cas la tendance qui se dégage de la dernière enquête trimestrielle de la CPME, dont les résultats spécifiques aux 1414 entreprises de l’hôtellerie-restauration, interrogées fin juin, viennent d’être relayées par l’Umih. Une donnée pour préciser le trait : même si la grande majorité (78%) des entreprises du secteur ayant contracté un PGE durant la pandémie ont opté pour la durée de remboursement la plus longue possible, elles sont une sur 4 au premier semestre à estimer ne pas avoir la capacité d’honorer leur remboursement. Un pessimisme qui repose d’abord sur un premier semestre moins dynamique qu’espéré, plombé par les différentes hausses de prix, l’inquiétude sur le plan international et l’incertitude économique. Près de 7 restaurateurs indépendants interrogés sur 10 estiment que leur activité a stagné voire s’est dégradée au cours du premier semestre. Et les perspectives ne vont pas dans le sens d’une amélioration : 54% des restaurateurs anticipent une stagnation de leur activité, 23% sa dégradation, sur un second semestre pourtant propice au hors-foyer, entre la saison estivale, l’automne des foires et salons, ou les fêtes de fin d’année.

 

Autant dire une morosité des opérateurs qui, au-delà de leur niveau d’activité, correspond aussi à une érosion de leurs marges, en raison notamment des hausses de prix régulièrement répercutées depuis le dernier trimestre 2021. Face à l’inflation, les chefs d’entreprise vont devoir adapter leur modèle économique. A 5 % d’inflation, 56 % des chefs d’entreprise estiment pouvoir s’adapter. Mais à 10 %, seules 7 % des entreprises estiment qu’elles auront encore la capacité de rebondir. Pour contrer au maximum les effets des hausses de prix, les indépendants prennent des mesures : 64 % des entreprises interrogées ont décidé de diminuer leur consommation en énergie, 61 % répercutent partiellement la hausse sur les prix, 8 % en totalité, sans conséquence constatée sur la fréquentation, pour 88% des chefs d’entreprise interrogées (88%). A noter que 30 % ont pris la décision de ne pas répercuter ces hausses sur les prix.

 

Autre motif d’inquiétude, souligné par l’enquête de la CPME : le recrutement. La quasi-totalité des entreprises interrogées (97%) déclarent rencontrer des difficutés à trouver le bon profil de salariés. Quel que le soit le type d’entreprise, elles sont 39% confrontées à un turn-over important, sur un marché où les profils sont disputés, mais où les raisons entendues par les professionnels du départ de leur salariés sont à 62% qu’ils souhaitent travailler dans un autre secteur. Un défi d’attractivité des métiers, et sur des niveaux d’activité qui restreignent les marges de manœuvre, 22% des répondants expliquant par exemple qu’ils sont dans l’incapacité d’augmenter les salaires. La moitié des répondants (53%), et pas uniquement en raison des accords de branche, ont déjà augmenté les salaires en 2022, 56% des adhérents de l’Umih interrogés dans l’enquête, se disant prêts, du fait de l’inflation, à les augmenter encore avant fin 2022. Dans le même temps, d’autres formes de rémunération se développent. Plus d’une entreprise sur 2 du secteur a déjà mis en place chez elle l’intéressement, la participation ou l’épargne salariale et 18 % des entreprises ne l’ayant pas encore fait envisagent de le mettre rapidement en place. Sur le dispositif de la prime « Macron », 36% des entreprises l’ont récemment versé à leurs salariés et, à la question de la mise en place d’un mécanisme obligatoire de partage de la valeur (dividende salarié), 1/3 des entreprises s’y déclarent favorables.

Nous vous recommandons

Claire Heitzler remporte le Trophée de la Pâtisserie responsable lors de la deuxième édition des Trophées Fou de Pâtisserie

Claire Heitzler remporte le Trophée de la Pâtisserie responsable lors de la deuxième édition des Trophées Fou de Pâtisserie

Déjà couronnée du Trophée Grand Prix Coup de Cœur lors de la 7ème édition des Eco-Trophées de Levallois en septembre dernier, Claire Heitzler poursuit plus que jamais ses engagements en faveur d’une démarche vertueuse.« Concilier...

07/12/2022 | Pâtisserie
Romain VIDAL réélu à la tête de la CNTR

Romain VIDAL réélu à la tête de la CNTR

Snapshift élargit ses horizons en devenant Combo

Snapshift élargit ses horizons en devenant Combo

Etude RMS : les Français face à l'inflation en RHD

Etude RMS : les Français face à l'inflation en RHD