Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

40 ans de consommation alimentaire

La rédaction de Néorestauration

Sujets relatifs :

, ,
L'INSEE dresse un bilan de la consommation alimentaire depuis 1960. Les produits « santé-forme » progressent. Et les français sont plus soucieux de leur équilibre.

Avec l' évolution des modes de vie, les français ont, en quarante ans, modifié leurs comportements alimentaires. De 20 % au début des années 1960, la part de l' alimentation s' est contractée à 14 % des dépenses de consommation des ménages, en volume. Toutefois elle demeure un des premiers postes de dépenses après le logement (24 %) et les transports (15,4 %).

En quarante ans, c'est surtout la demande de produits élaborés, qui a tiré la consommation alimentaire. Cette dernière a principalement progressé dans la décennie 1960 (+ 2,7 % de hausse par habitant et par an, de 1960 à 73) avant de se réduire à 1,8 % entre 1973 et 1978, à 1,5 % entre 1978 à 1989 pour atteindre 0,5 % jusqu' en 2001.. L' engouement pour les produits traditionnels, relativement bon marché et à forte valeur nutritive n'a cessé de fléchir. A l' exemple de la consommation du pain qui diminue en moyenne de 1,4 % par an. Même tendance pour les pommes de terre de moins en moins achetées fraîches mais qui se retrouvent dans l' assiette sous forme transformée. A vrai dire, l' activité féminine progressant et le temps de trajet domicile-travail s' allongeant,  le temps consacré à la préparation des repas à domicile n' a cessé de se réduire favorisant l' explosion de la consommation des plats cuisinés qui a augmenté de 5,5 % par an en moyenne entre 1960 et 1980 et de 5 % entre 1980 et 2001.

L'équilibre alimentaire à l' honneur

Depuis les deux dernières décennies, l'attention portée à l' équilibre des repas est devenue un facteur non négligeable pour le choix des aliments encouragé par les recommandations des médecins et le relais médiatique des magasines de santé. On comprend pourquoi les eaux minérales et de source font de plus en plus d'adeptes alors que le sucre est de moins en moins consommé depuis 1971 (-3,1 % par an) tout comme les graisses d' ailleurs dont la consommation fond à partir des années 1980. Cette chasse aux matières grasses pénalise aussi les viandes rouges dont la consommation en volume s'est stabilisée entre 1980 et 1987 pour diminuer ensuite au profit de la volaille et des produits transformés de la pêche (plats à base de poissons, rayons traiteurs& ). Les crises alimentaires de 1996 puis de 2000 ont accentué ce report. Depuis les années 1980, les produits « santé et forme » connaissent également un franc succès tout comme les produits laitiers d' ailleurs dont la part dans l' alimentation est passée de 7,4 % en 1960 à 13 % en 2001. Les français mangent aujourd' hui quinze fois plus de yaourts et 3,5 fois plus de fromage. Quant aux légumes et préparations en boîte, si leur succès était avéré entre 1960 et 1975 (+ 7,8 % par an), il l' est moins depuis une dizaine d' années (1,9 % par an) compensé par l' essor des plats préparés surgelés. .

 

Nouvelles habitudes alimentaires

Influencés par les pays nordiques, les français consomment davantage de céréales et jus de fruits et de légumes depuis les années 80-90. Même succès pour les confiseries, les pâtisseries et boissons sucrées qui progressent de 4,5 % par an et par habitant depuis 1960. La consommation de glaces et sorbets (+ 10,8 % par an de 1970 à 1980) a profité du taux croissant d' équipement des ménages en congélateur pour croître de 5,8 % dans les années 1980. La tendance grignotage qui s' est affirmée a favorisé les biscuits, biscottes et pâtisseries de conservation qui ont cru de 3 % depuis 1960.

 

Avec l' âge et l' augmentation de leur revenu, les ménages se tournent vers des produits plus chers et le budget alimentation s' accroît. Les ménages plus jeunes consomment, en part relative, davantage de produit «santé et forme » mais aussi de confiseries, pâtisseries, sodas et produits laitiers et préfèrent les produits élaborés aux produits bruts. A l' inverse, les ménages dont la personne de référence a plus de 65 ans, sont attentifs à leur santé, préfèrent les fruits et légumes, les viandes blanches et poissons. Ils restent attachés au produits bruts comme le beurre, l'huile et le sucre. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
02 dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quel modèle de restauration à l’horizon 2022

Nous vous recommandons

Marseille, Aix et la Guadeloupe verrouillées, Paris et sa petite couronne sous haute surveillance

Marseille, Aix et la Guadeloupe verrouillées, Paris et sa petite couronne sous haute surveillance

Le cran se resserre, et sérieusement, pour les CHR. Dans un contexte de seconde vague épidémique désormais avéré, le point hebdomadaire d’Olivier Véran, ministre de la Santé, a[…]

Pierre Troisgros s’en est allé

Pierre Troisgros s’en est allé

Le groupe Barrière prend une participation majoritaire à l’Éclair de Génie

Le groupe Barrière prend une participation majoritaire à l’Éclair de Génie

Jacques Maximin inspirera au quotidien l’équipe et les étudiants de l’École Ducasse

Jacques Maximin inspirera au quotidien l’équipe et les étudiants de l’École Ducasse

Plus d'articles