Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

abonné

2003, ANNÉE NOIRE

Paul Fedèle avec Patricia Cecconello

Sujets relatifs :

2003, ANNÉE NOIRE

© ILLUSTRATION : BRUNO MALLART

Si, en 2002, les restaurateurs voyaient déjà rouge, ils ont vu noir cette année, affligés par une cascade de fléaux. Du jamais vu en trente ans, le secteur affiche une croissance étale. Les chaînes font un peu mieux que les indépendants, à 1,67 % de progression, grâce à leurs ouvertures.

N'en rajoutez plus la coupe est pleine ! Déjà, la restauration sortait fragilisée par une année 2002 où elle accusait une sérieuse baisse de régime. Elle avait subi de plein fouet la hausse de la TVA sur le service, avait été frappée par une inflation sur les matières premières et digérait difficilement la hausse du coût de la main d'oeuvre. 2003 aura porté un coup fatal au secteur en cumulant les événements exceptionnels pour le moins dommageables à la profession.

L'année a mal commencé avec des conditions climatiques difficiles. Puis ce furent les retombées de la guerre en Irak qui ont étranglé toute amorce de reprise, privant la France d'une frange de clientèle américaine et japonaise à forte contribution, notamment dans la restauration de centre-ville. Ensuite, l'épidémie de Sras a figé les flux touristiques. Au printemps, des mouvements sociaux ont paralysé les activités, alors que l'annulation des festivals enfonçait un peu plus le secteur dans le marasme avant un été caniculaire. Résultat : les clients se sont déplacés encore moins nombreux au restaurant qu'en 2002, et les touristes ont tout bonnement déserté la France. Bref, tout le monde en a pris pour son grade.

La preuve par les chiffres : le total des clients accueillis par les chaînes de restauration a chuté de 4,5 % et l'Hexagone a reçu 2 millions de visiteurs étrangers de moins, soit 75 millions de touristes, contre 77 millions en 2002. Une première depuis bien longtemps. De mémoire de chaîne, on n'avait jamais vu ça ! Même au lendemain de la première guerre du Golfe, en 1991, la restauration avait poursuivi son développement sur un marché vierge où tout était à construire.

En 2002, à l'heure du ralentissement, la plupart des opérateurs avaient réussi à préserver leurs marges et à limiter les dégâts en profitant du passage à l'euro pour revisiter leurs prix à la hausse. En 2003, sans levier de croissance, ils ont trinqué. Le creux de la vague a été surtout ressenti au premier semestre, alors que les deux derniers trimestres ont été meilleurs pour une grande partie des acteurs du marché.

La restauration, reflet de l'économie

En 2003, le CA réalisé par les indépendants a reculé de 0,3 %, contre + 0,9 % en 2002. Sachant qu'ils représentent près des trois quarts de la restauration en France, on comprend que le secteur ait patiné l'année dernière. Les chaînes se sont un peu mieux comportées, avec un volume d'affaires en hausse de 1,61 % à surface non comparable, soit 6,021 MdE. Un chiffre qui ne progresse que par le truchement des ouvertures. Encore que celles-ci aient, pour la première fois, connu un recul de 0,16 %. La restauration s'est révélée le miroir de la santé de l'activité française : une tension faible, un pouls irrégulier et des fièvres à répétition.

Avec une hausse de 0,2 %, la croissance[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
26 sep - Paris
La RHD à l’heure du Healthy

Quels leviers pour relever les défis du mieux-manger ?

05 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quelles solutions mettre en place pour la consommation de demain ?

Nous vous recommandons

Face à un ralentissement de la demande

Face à un ralentissement de la demande

Alors que les petites chaînes de restaurants échappent, pour le moment, à la crise, les pubs subissent de plein fouet les conséquences de l'interdiction de fumer dans les lieux publics. Les Anglais divorceraient-ils de leurs pubs ? Aussi[…]

01/05/2008 |
Un marché en proie à une crise structurelle

Un marché en proie à une crise structurelle

Une dynamique précaire

Une dynamique précaire

Nouvelle terre de plaisirs

Nouvelle terre de plaisirs

Plus d'articles