Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

1er Trophée du CDR, une finale haute en couleurs

La rédaction de Néorestauration

Sujets relatifs :

,

La première édition du Trophée du Club des Directeurs de Restauration s'est tenue lundi à l'école ESCF Grégoire Ferrandi. Ce nouveau rendez-vous, organisé par les directeurs de restauration à destination des élèves d'écoles hôtelières, entre par la grande porte dans l'univers des concours.
Bravo au lauréat Maxime Simmoneau du Lycée professionnel Jean Drouant à Paris qui, le soir même, a reçu ses lauriers et sa coupe dans les salons de l'hôtel George V. Et saluons aussi la grande qualité des épreuves qui témoignent de l'engagement d'une profession à transmettre son savoir.

C'est un vrai marathon auquel ont été soumis les cinq finalistes du premier Trophée de la Restauration organisé par le Club des Directeurs de la Restauration le lundi 28 avril à l'Ecole E.S.C.F Ferrandi, partenaire privilégié de cette première édition. Depuis le matin 9h00 jusqu'au soir 17h00, les épreuves se sont succédé à un rythme soutenu.
Ce trophée a voulu d'emblée, marquer sa différence avec tout concours existant. « Il ne s'agissait pas de rajouter un énième concours à une longue liste mais bel et bien de créer un nouveau rendez-vous pour des jeunes en formation dans les écoles hôtelières et dénicher le profil idéal du futur directeur de restauration », indique Jean-Claude Roulleau, chef de file pour l'organisation du Trophée. Et Odile Varéon, présidente du CDR d'ajouter: « nous avons voulu créer une épreuve atypique, nouvelle, originale qui explore toutes les facettes du savoir-faire et du savoir-être d'un directeur de restaurant ».
Détecter les talents, tel est donc le but de ce Trophée. Les récompenser, telle en est la finalité. Et surtout les accompagner dans l'amorce de leur vie professionnelle, tel est l'engagement du CDR qui a désigné pour l'occasion des parrains et marraines aux trois premiers lauréats.

De l'étude de cas aux jeux de rôles

Le Trophée a privilégié la mise en situation réelle des candidats à travers neuf ateliers. Même l'étude de cas à préparer en amont du concours est restée proche de la réalité. Il s'agissait de l'organisation complète d'une journée d'étude et d'une soirée de gala avec proposition de menus avec boissons, réalisation de courriers commerciaux, de fiches techniques… Charge aux élèves, le jour du concours, de soutenir leur travail devant un jury. A souligner le caractère très terrain et pragmatique des épreuves, avec la participation des candidats à plusieurs jeux de rôles. Alexandre Sergenton de St Quentin n'oubliera sans doute pas son épreuve d'anglais commercial face à ces deux clients britanniques particulièrement difficiles, qui n'ont eu de cesse de se plaindre lors de leur repas ! Parmi les autres défis à relever pour les candidats, la défense d'une proposition commerciale pour un repas de 10 personnes.
Connaissance des fromages et de la saisonnalité des produits, réalisation d'un bon nappage de table et de buffet, épreuve sensorielles de reconnaissance de produits à l'aveugle ( herbes, condiments et épices), identification d'une dizaine de présentations de pommes de terre, maîtrise de l'outil informatique, réalisation d'une commande de bar, les élèves ont été sondés sur de nombreux volets du métier. « Ce concours est une adéquation parfaite entre ce que les étudiants doivent avoir acquis à l'école et ce que le terrain leur demande », analyse Michel Mouisel. Celui-ci pilote les équipes pédagogiques de ESCF Ferrandi qui n'a pas souhaité participer cette année au concours, vue  la grande implication de l'école dans la préparation des sujets et la présence de ses professeurs dans les jurys. 

A n'en pas douter ce nouveau concours fera encore parler du lui. Organisé dans un premier temps à Paris-Ile-de-France, il devrait dès l'année prochaine élargir son champ d'action à la région PACA (où le CDR compte une quarantaine d'adhérents sur 80) avant de s'ouvrir à toutes les écoles hôtelières françaises. Ce trophée devrait contribuer à valoriser un métier aux attributions plurielles souvent méconnues et qui s'impose comme un tremplin vers des postes de direction générale d'hôtel.
Ce qui n'a pas échappé au lauréat qui compte bien après son parcours à Médéric (BTn, BAC Pro et BTS) poursuivre vers une licence et amorcer son parcours professionnel dans l'habit de directeur de restaurant. Avant d'accéder, peut-être, à des fonctions de directeur général.
Pour l'heure, il a reçu une bourse d'études  pour une formation supplémentaire à Ferrandi d'une valeur de 3 800 euros, gagné une semaine pour deux personnes dans les hôtels de la Côte d'Azur : 3 jours en Ecosse avec la société Triodis et le parrainage d'Odile Varéon. Bonne chance à lui. Rendez-vous l'année prochaine.
pfedele@neorestauration

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Exigences du mieux-manger : comment innover et développer vos offres

Nous vous recommandons

Le taux de TVA dans la restauration devrait se maintenir

Le taux de TVA dans la restauration devrait se maintenir

La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a affirmé mardi sur RMC que le taux réduit de TVA en restauration demeurerait inchangé, en dépit de l'abandon de certaines niches fiscales. Selon Christine Lagarde, ce[…]

Les MOF et le groupe Le Duff s'associent

Les MOF et le groupe Le Duff s'associent

Les revenus des salariés

Les revenus des salariés

Les jeunes diplômés aspirent à un juste équilibre vie privée-vie professionnelle

Les jeunes diplômés aspirent à un juste équilibre vie privée-vie professionnelle

Plus d'articles